Kellyanne Conway Memes Essay – Arrêtez de critiquer les looks de Kellyanne Conway

August 26
No comments yet

Au risque de ressembler à la mère de quelqu’un ou à cette bonne deux-chaussures qui lève la main pour aider l’enseignant lorsque le reste de la classe est clairement impliqué dans une conspiration anti-questions, j’aimerais dire de Kellyanne *.

* pas complètement, juste de cette manière spécifique, je décrirai ci-dessous

Si vous avez été sur Internet ces derniers temps, vous aurez vu des mèmes assimilant les figures de proue féminines de l’Amérique de Trump aux bananes à différents stades de dégradation ou à divers démons de dessins animés. Vous avez peut-être vu le moins offensant (ci-dessous), qui fait référence à un commentaire que vous faites uniquement à une femme lorsque vous n’avez plus la volonté de vivre. Ou peut-être avez-vous suivi avec Nick Barose, grand maquilleur et adversaire de Conway, qui évalue les habitudes de soin de son ennemi juré. (Bien qu’il semble être sur la blague, géo-tagging ce contenu “Petty Island.”)

échelles alternatives! Ab collab / légende courtoisie de nos bons amis à @overheardla

Un post partagé par brooklyncartoons (@brooklyncartoons) sur

C’est sauvage, ce qui signifie la même chose que drôle ces jours-ci. C’est facile. C’est bon pour un rire – jusqu’à ce que vous reconnaissiez l’hypocrisie.

Il y a quelques mois à peine, nous faisions rage à chaque fois que Trump appelait une femme, d’Arianna Huffington à Bette Midler et à Rosie O’Donnell. Nous avons dit que vous n’osiez pas nous juger par notre apparence, mais en termes moins polis. Alors, quelle est la différence entre ses critiques basées sur le look et les nôtres? Qu’est-ce qui nous empêche de nous baisser au niveau de l’homme qui serait despote? Suivre Conway de cette façon est un coup bas, surtout quand il y a beaucoup d’autres munitions plus valides et plus mortelles, y compris mais sans s’y limiter: elle vit au pays de faits alternatifs (population: plus élevée qu’on pourrait le penser); se souvenir des événements “historiques”; et massacrer une routine plus violente que ce qu’elle aurait pu imaginer s’est passé chez Bowling Green il ya six ans.

Nous ferions mieux de penser à une autre femme aux yeux du public, dont l’apparence a été comparée à celle de fruits trop mûrs, qui avaient encore la dignité de tourner l’autre joue. “Quand ils sont bas”, a-t-elle dit, “nous allons très haut”.

Suivre Marie Claire sur Facebook pour les dernières nouvelles sur les célébrités, des conseils de beauté, des lectures fascinantes, des vidéos en direct et plus encore.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

59 − 49 =